L’école

L’école

La Sainte Mary’s Junior School est une petite école qui se situe en Ouganda. Plus précisément, cette école fait partie d’une petite communauté d’environ 2000 personnes qui vit à côté du Queen Elizabeth National Park, dans l’ouest du pays, dans le village de Kinyateke-Kahokya (Kasese district).

L’école a été créée en 2015 par Mr Byamutima et sa famille.
Ce monsieur a fait le constat du haut taux de déscolarisation au sein de sa communauté : 60% des jeunes de 14 ans ne vont pas à l’école.
De multiples raisons contribuent à cela : la pauvreté, l’éloignement des écoles existantes, l’insécurité en eau et en nourriture, le mariage précoce des jeunes filles (12 ans)…

Cette école accueille actuellement 250 élèves (109 filles, 141 garçons) de 2 à 17 ans, avec une moyenne d’âge 13/14 ans. 13 instituteurs gèrent les classes, plus 4 accompagnants pédagogique.
L’école coûte 25 000 UGX par trimestre (6€) et c’est elle qui fournit le matériel. Depuis son ouverture, des familles sont venues s’installer dans la région car l’école répond à un véritable besoin.

Cependant encore beaucoup d’enfants issus de familles très pauvres n’ont pas les moyens d’y aller, car une année coûte 18€. Et sans école, pas de meilleur avenir.

Les objectifs de l’école

Cette petite école a des objectifs de taille :

-Offrir une éducation de qualité à un plus grand nombre d’enfants ruraux.
-Réduire le mariage des jeunes filles (autour de 12 ans…).
-Permettre aux enfants d’élargir leurs horizons en développant des compétences pour plus d’autonomie.
-Sensibiliser les parents à l’importance de la scolarisation pour le développement des compétences pour l’auto-suffisance, comme la fabrication de briques pour améliorer leur habitat.

Les challenges à relever

Les challenges à relever doivent dépasser de nombreuses difficultés :

-60% des enfants de 14 ans ne vont pas à l’école.
-La pauvreté est un frein à la scolarisation, ainsi que le faible niveau d’éducation des parents qui n’est pas sensibilisé à l’importance de l’éducation. Ils sont principalement éleveurs et paysans/agriculteurs.
-La distance peut être grande entre le domicile et l’école (jusqu’à 7km), et les infrastructures routières sont peu voir pas développées.
-Les mariages précoces des jeunes filles les déscolarise, car 60% tombent enceinte et doivent se marier (viols, mort prématurée des parents…etc).
-Les agriculteurs sont en insécurité alimentaire. Ils manquent de bonnes installations pour stocker leurs récoltes en raison de leurs fermes insalubres.
-La région a peu de sources d’eau. La communauté entière ne partage que 3 trous de forage. Les enfants sont obligés de parcourir de longs trajets 6 km aller-retour pour aller récupérer de l’eau potable dans ces puits.

La pépinière

Une petite nurserie d’arbres a été créée par l’école pour répondre à des besoins pédagogiques et pallier à des besoins en bois (cuisine, construction) et en alimentation (fruits).

Pour notre projet School&Trees, nous souhaitons augmenter considérablement la plantation d’arbres à 10 000/mois dans un premier temps et peut-être d’avantage grâce à vous.

L’équipe pédagogique et des aides de la communauté préparent les arbres à planter et les fournissent aux demandeurs de la communauté, puis ces derniers les plantent chez eux. Les demandes sont nombreuses car les sols sont secs et les arbres permettent de garder l’humidité, de retenir les terres et ainsi prévenir les glissements de terrains…

Plusieurs espèces d’arbres sont plantées et répondent à un véritable besoin pour la communauté : acacias, eucalyptus, musizi pour le bois, et papayers, jacquier, avocatiers pour manger. Sans ces futurs arbres, la communauté ira comme aujourd’hui chercher le bois de plus en plus loin aggravant la déforestation et ses conséquences.

Please follow and like us:
On vous attend !

On vous attend !

Alors, vous êtes convaincu ??

Pour participer, cliquez juste sur le lien ci-dessous, cela vous mènera sur le site cotizup où nous reprenons les grandes lignes du projet, et où les dons sont possibles !!

https://www.cotizup.com/aidons-l-ecole-avec-des-arbres

Quelque soit votre raison, pour vous, pour l’école, pour l’environnement, ou même pour nous faire plaisir…

Merci infiniment pour votre participation qui, nous le rappelons, a un impact direct sur l’école, ses écoliers, et sur la communauté !!

Please follow and like us:
Les news

Les news

Au 31/01/2020

 

DEVIENS PARRAIN D’UN SCHOOL&TITI !

Pour 30€ un enfant va à l’école pour 1 an grâce à toi !😘🙏😘

Le 03/02 c’est la rentrée des classes dans notre petite école de la School&Trees en Ouganda ! 
Faire pousser des arbres c’est bien mais nous avons décidé de faire pousser des têtes également ! 🍀🌱👨‍🎓👨‍🎓👩‍🎓👩‍🎓👩‍🎓
En effet, l’école est payante et beaucoup d’enfants ne peuvent donc pas accéder à l’éducation qui est la chose primordiale pour aider ces communautés à sortir de la misère, et éviter autant que possible les mariages précoces. Sans école rien n’est possible.

Face à cela, nous proposons de combiner 2 modes de financement :
– Nous vous proposons de permettre à un enfant d’aller à l’école en le parrainant.
Pour seulement 30€, vous payez l’école pour 1 an et ceci inclu les frais de scolarité, les fournitures et la tenue d’écolier 👫👩‍🎓👨‍🎓 Comme pour tout notre projet, tout l’argent revient à l’enfant car il n’y a aucun frais de structure ni de fonctionnement d’assos.
– Pour chaque élève parrainé, notre cagnotte School&Trees financera en complément les repas ainsi qu’une autre tenue pour un montant de 30€/an également 👫🍓🥗 
Elyas et son équipe ont déjà sélectionné les enfants et n’attendent que notre top pour le dire aux parents 🙏👍💪😁

Nous nous assurons en personne de la bonne gestion, David y retourne du 8 au 20 mars, pour s’en assurer et développer les programmes de plantation.

Si vous voulez participer comme nous, faîtes un don sur la cagnotte habituelle School&Trees, et écrivez simplement en commentaire “je parraine un ou plusieurs School&Titis”, nous vous recontacterons ensuite au plus vite pour vous informer des suites.

Il faut faire vite la rentrée c’est le 03/02 🏃🏻‍♀️🏃🏻‍♀️

Au 26/01/2020

 

Hello les petits school&treezeurs ! Voici la suite de nos actualités ! Aujourd’hui, nous allons vous parler de la partie TREES 🌱🌿🌳🌳🌿🌱

– La School&Trees a continué à distribuer les semis d’arbres prêts à être mis en terre à ceux qui le souhaitent. Le mot d’ordre : “keeping Kasese green by planting trees” !! 
Merci Elyas et toutes les personnes qui t’accompagnent dans ce travail soutenu que vous fournissez ! 😘😍❤️
Il ne reste quasiment plus de semis dans la pépinière et nous estimons la quantité d’arbres dans la nature, grâce à vous, à 14 300 🌿🤩🤪🌞

– Depuis la panne sèche de graines que nous avons eu début janvier, les graines sont depuis en train de germer, c’est magnifique ! D’ici quelques jours, le nouvel empotage de masse va commencer. 
La Team espère empoter prochainement plus de 20 000 arbres 🌱🌿🌳🌞qui pourront ensuite être plantés en mars 2020 où une nouvelle campagne de dons sera réalisée,

Affaire à suivre !!!! 🌿🌿😉🌞🌞🌞😉🌿🌿

Au 24/01/2020

 

Hello les petits school&treezeurs ! Vous l’attendiez ? Voici un petit point actualités ! 
Aujourd’hui, c’est la journée mondiale de l’éducation !! Nous allons donc parler de la partie SCHOOL :

– Le 17 janvier dernier dans l’école de School&Trees, les résultats des examens de fin d’année sont arrivés, et pas n’importe lesquels ! Ceux de la PLE, la Primary Leaving Examination qui marquent la réussite du Primaire avant d’intégrer le Secondaire  Et devinez quoi ? 
Les 15 élèves concernés ont réussi avec succès cette étape. Leurs efforts ont payés, ils vont pouvoir terminer leurs vacances scolaires sans soucis à ce sujet avant d’intégrer, nous l’espérons, un collège. 
A ce sujet, de nombreux élèves ne peuvent parfois pas poursuivre leurs études au collège. La School&Trees est en train de réfléchir à une manière de leur venir en aide pour éviter au maximum ces situations. Nous vous en tiendrons au courant.

– L’équipe d’Elyas ainsi que ceux qui les soutiennent passent en ce moment beaucoup de temps en communication dans leur communauté afin de réduire à ZERO le nombre d’enfants arrivant à l’adolescence sans jamais avoir été scolarisés. 
Ces choses là prennent du temps, et différentes raisons font encore obstacles à cela. Au delà de l’aspect financier, il faut aller jusqu’à convaincre les parents non scolarisés eux-même de l’utilité de l’école ! Nous les encourageons autant que nous le pouvons dans ce défi à long terme auquel ils s’attellent et que le projet School&Trees souhaite accompagner.

– Le retour des classes est prévu pour l’ensemble des élèves de la Primary School le 3 février, comme nous (!)!! Fini les grandes vacances, le travail reprend pour tout le monde, et les actualités School&Trees également reprendront plus de régularité, promis 

Au 03/01/2020

 

La School&Trees vous souhaite une belle et heureuse année 2020🎄 avec comme résolution principale de planter un MAXIMUM d’arbres partout🌳🌳🌳🌳: chez vous, vos voisins, vos familles, dans les champs et dans dans le monde entier !!! 🌳🌳🌳🌳🌳🌳🌳🌳

Pour cette année nos objectifs sont de faire perdurer notre projet avec 10.000 arbres/mois🌳, de monter le statut associatif🏡, faire un site internet et étendre le projet à d’autres établissements si votre générosité le permet  ! 🙏🙏🙏

Les graines sont arrivés et la germination a commencé🌱🌱🌱! Il faut attendre plusieurs semaines avant de pouvoir mettre en pot 🌿🌿🌿
Les travaux de la cuisine, toilettes et salles de bains se poursuivent et devraient être terminés sous peu 🤗🤗🤗

A très vite et partagez notre projet!

Au 20/12/2019

 

BREAKING NEWS ! 🌞🌞🌱🌿🌳

POINT PLANTATIONS :
– 3500 arbres ont été enlevés par des fermiers de la communauté pour les planter sur leur terrain au sein de leur communauté. 💪🙏🌳
Cela porte le nombre d’arbres plantés
à 10500 !

– Il n’y a pas de vidéo de la récupération des arbres comme la dernière fois car Elyas, le boss, était en formation à la capitale – Kampala – toute la semaine. 
Rappel, plus d’enfant en ce moment car ce sont les vacances d’été à la School&Trees 🌞🏃🏻‍♀️🏡😘

– Il reste 3800 arbres dans la nurserie car 300 arbres à café ont été mis en pot !
Il n’y avait plus de graine ce qui explique un peu le retard…

– Le dernier virement de 1200€ a mis 20j pour arriver (merci la caisse d’épargne…) et la reconstruction de la cuisine a aussi pris du retard. Mais c’est reparti ! ÇA VA DÉPOTER !!!

POINTS DÉVELOPPEMENT : 😎
– Comme l’argent a été reçu, les travaux de la nouvelle cuisine de l’école qui s’était effondrée vont reprendre après 3 semaines d’arrêts. Coût : 500€.

– Elyas a décidé que la prochaine priorité devait être la reconstruction des toilettes et de la salle de bain. Quand on voit les photos, on ne peut qu’approuver leurs améliorations !!! Coût : 400€

– Les graines faites maison ont un mauvais rendement par rapport aux graines achetées. Il a été décidé d’investir dans des kilos de graines de gluveria, acacia et eucalyptus. Il faut également racheter du matériel pour développer une deuxième nurserie !! Coût 300€.

Bonnes fêtes de noël à tous et merci pour votre générosité !

Au fait vous trouvez ça long ? A votre avis combien de temps faut-il avant qu’un arbre soit prêt à mettre en terre?

Au 08/12/2019

 

Nous venons juste d’avoir des news de Elyas et de la School&Trees ! 🏡🎄🌳🍀. Aujourd’hui c’est 🌞

600 arbres sont sortis de la nurserie pour être plantés dans la communauté ce qui nous fait 7100 arbres dans la nature et 7000 dans la nurserie qui arrivent à maturité ! 🌿🌿🌱. Si vous suivez les comptes du dernier post vous constaterez qu’il en manque 400 qui sont morts en nurserie 😢😢 avec l’humidité, et l’équipe pense qu’ils ont été empotés trop tôt…

Nous avons appris que c’était les grandes vacances et que la nouvelle année commence début février ! Mais il y a deux salariés maintenant qui travaillent pour School&Trees, qui si le temps s’améliore devraient faire monter la nurserie en puissance pour planter NOS 37200 arbres avant février ! Sacré challenge ! 🙏👍💪💪💪💪

Au 22/11/2019

 

Comme nous l’avions annoncé, la cagnotte cotiz-up est maintenant terminée ! 🦍🐶🐆

La cagnotte se met en hibernation pour l’hiver le temps de mettre en terre notre engagement de plantation de 36150 arbres de plusieurs espèces dans toute la communauté ! 🌳🌱🌲🍉🍈🥑
Si vous avez raté le coche vous pouvez faire des économies dès maintenant et donner pour la deuxième étape du projet qui commencera vers février à notre retour en France ! 🇫🇷

Nous n’esperions pas un tel succès et une telle générosité! Merci infiniment à nos 64 contributeurs pour un total de 3115€ collectés !!! Vous nous avez convaincu et donner l’énergie d’aller encore plus loin… 🏃‍♂️🏃‍♀️🏃‍♂️😍

Nous continuerons bien sûr de donner de manière hebdomadaire les nouvelles de la pépinière, des plantations, de la réalisation des projets pour l’école… bref de tout le bonheur que le projet School&Trees et ses contributeurs permettent !! 😍😍😍

Continuez à nous suivre, à liker, à partager…

Au 14/11/2019

 

Les dons augmentent et 35000 arbres vont être plantés grâce à la School&Trees 🏡 et ses 61 généreux donateurs 👬👭🌏. 35000 mercis !

BILAN DES DÉPENSES : 🏦👨‍💼👩‍💻
1800€ ont déjà été envoyés et dépensés dans le water tank de 10m3, des fenêtres ont déjà été installées, des centaines de cahiers donnés et un peu de matériel pour la pépinière.
Pour la suite, nous avons décidé de prioriser la reconstruction d’une nouvelle cuisine pour 565€ (l’ancienne, de fortune, n’a pas résisté aux intempéries). Les 700€ restants de la cagnotte à date sont encore en discussions tant il y a de besoins… pour plusieurs milliers d’euros encore… alors à vos dons !

BILAN PLANTATION : 🌳🌲🌱
6000 bébés arbres sont déjà en terre et 8000 sont à date en croissance dans la nurserie.
Les 3 dernières semaines ont été très difficiles car il a beaucoup plu et des milliers de graines germées ont pourri ce qui a ralenti nos prédictions…
Comme vous le savez la pépinière n’a que 2,5 mois et est encore en développement pour atteindre la cadence de 10000 arbres par mois.
Hier, afin de protéger les jeunes pousses🌱🌱 empotées, des filets de protections pour les intempéries et les animaux🐀🐰🐇 (qui se régalent ) ont été installés autour de la nurserie ce qui devrait augmenter nos rendements.

Merci à tous pour votre soutien ! 👍👌😍

Au 14/11/2019

 

Les dons augmentent et 35000 arbres vont être plantés grâce à la School&Trees 🏡 et ses 61 généreux donateurs 👬👭🌏. 35000 mercis !

BILAN DES DÉPENSES : 🏦👨‍💼👩‍💻
1800€ ont déjà été envoyés et dépensés dans le water tank de 10m3, des fenêtres ont déjà été installées, des centaines de cahiers donnés et un peu de matériel pour la pépinière.
Pour la suite, nous avons décidé de prioriser la reconstruction d’une nouvelle cuisine pour 565€ (l’ancienne, de fortune, n’a pas résisté aux intempéries). Les 700€ restants de la cagnotte à date sont encore en discussions tant il y a de besoins… pour plusieurs milliers d’euros encore… alors à vos dons !

BILAN PLANTATION : 🌳🌲🌱
6000 bébés arbres sont déjà en terre et 8000 sont à date en croissance dans la nurserie.
Les 3 dernières semaines ont été très difficiles car il a beaucoup plu et des milliers de graines germées ont pourri ce qui a ralenti nos prédictions…
Comme vous le savez la pépinière n’a que 2,5 mois et est encore en développement pour atteindre la cadence de 10000 arbres par mois.
Hier, afin de protéger les jeunes pousses🌱🌱 empotées, des filets de protections pour les intempéries et les animaux🐀🐰🐇 (qui se régalent ) ont été installés autour de la nurserie ce qui devrait augmenter nos rendements.

Merci à tous pour votre soutien ! 👍👌😍

Au 14/11/2019

 

Les dons augmentent et 35000 arbres vont être plantés grâce à la School&Trees 🏡 et ses 61 généreux donateurs 👬👭🌏. 35000 mercis !

BILAN DES DÉPENSES : 🏦👨‍💼👩‍💻
1800€ ont déjà été envoyés et dépensés dans le water tank de 10m3, des fenêtres ont déjà été installées, des centaines de cahiers donnés et un peu de matériel pour la pépinière.
Pour la suite, nous avons décidé de prioriser la reconstruction d’une nouvelle cuisine pour 565€ (l’ancienne, de fortune, n’a pas résisté aux intempéries). Les 700€ restants de la cagnotte à date sont encore en discussions tant il y a de besoins… pour plusieurs milliers d’euros encore… alors à vos dons !

BILAN PLANTATION : 🌳🌲🌱
6000 bébés arbres sont déjà en terre et 8000 sont à date en croissance dans la nurserie.
Les 3 dernières semaines ont été très difficiles car il a beaucoup plu et des milliers de graines germées ont pourri ce qui a ralenti nos prédictions…
Comme vous le savez la pépinière n’a que 2,5 mois et est encore en développement pour atteindre la cadence de 10000 arbres par mois.
Hier, afin de protéger les jeunes pousses🌱🌱 empotées, des filets de protections pour les intempéries et les animaux🐀🐰🐇 (qui se régalent ) ont été installés autour de la nurserie ce qui devrait augmenter nos rendements.

Merci à tous pour votre soutien ! 👍👌😍

Au 03/11/2019

 

La semaine dernière à la school&trees il a fait un très mauvais temps… Certes, le water-tank s’est rempli ce qui est une excellente nouvelle, mais il y a eu des dégâts. La cuisine a aussi été très endommagée…

Face au mauvais temps et la saison des pluies qui commence (de plus en plus violente et aléatoire avec le changement climatique), notre équipe locale a décidé d’installer en urgence 8 volets pour que les enfants puissent continuer à faire classe… Et oui les salles de classe sont “primaires” et ouvertes à l’extérieur… 

Comme le water-tank il y a quelques semaines, ces investissements permettent d’améliorer directement les conditions “primaires” de scolarisation et de vie des enfants.
Tout l’argent vient de vos dons sur la cagnotte et en échange, les enfants et la communauté plantent des arbres!  10€=100 arbres!

Partagez et faites un don! Il y a tant encore à faire et on a bientôt tout dépensé…
Les enfants se sont remis à pieds d’œuvres à la pépinière où nous devrions bientôt avoir de nouveau 10000 arbres en croissance en plus des 6000 déjà dans la nature!

Partagez et faites un petit don, il n’y a pas de meilleurs investissements! 👬🥑😍
https://www.cotizup.com/aidons-l-ecole-avec-des-arbres

Au 24/10/1029

En moins de 2 mois d’existence :

-6000 bébés arbres sont déjà en terre, 5000 dans la pépinière.
-40 personnes nous ont fait confiance et leurs dons va permettre la plantation de 19000 arbres !!!!
-Une unité de récupération des eaux de pluies de 10m3 a déjà été installée évitant à une trentaine d’élève la collecte journalière de l’eau (7km avec un bidon de 30L…)
-250 enfants un peu plus heureux!
-Bientôt 300 Likes pour la page FB School&Tress : https://www.facebook.com/travelmoveandlove/

Et rappelez-vous, le don est libre, il n’y a pas de minimum, et avec très peu, vous pouvez faire beaucoup. Et avec beaucoup, vous pouvez changer les choses 💪
Si vos poches sont vides pour le moment, likez et partagez cette page, c’est gratuit !

Le lien vers la cagnotte :
https://www.cotizup.com/aidons-l-ecole-avec-des-arbres

Au 17/10/2019

Inauguration officielle et formation à l’environnement pour les grands !!

Hier c’était une double grande journée pour la School&Trees !!! 😜🤩😍

1) C’était l’inauguration officielle de l’unité de récupération des eaux de pluies installée il y a 10 jours grâce aux donateurs School&Trees !!
Je ne vous raconte pas la joie de la communauté de voir ce type de projet realisé après des années d’espérances!😁🤗 Les enfants sont aussi tellement contents de ne plus avoir à marcher 7 km tous les jours (par groupe de 25 enfants) pour remplir des bidons d’eau et ils peuvent passer ainsi plus de temps à l’école👩‍🎓👨‍🎓, et moins fatigués!😍👌

2) La Direction a remis les grands sur les bancs de l’école pour leur présenter le projet School&Trees, l’importance de la plantation d’arbres en masse pour l’environnement et pour l’avenir… La communauté a été très réceptive et plus que motivée en récupérant les 5000 arbres près à planter ! Il y avait plus de demandes que de bébés arbres prêts et disponibles ce qui laisse imaginer le potentiel futur !!

Quoi, vous n’avez pas encore donné ??!!
Tout est encore possible, par ici :
https://www.cotizup.com/aidons-l-ecole-avec-des-arbres

Au 10/10/2019

Nous sommes heureux et fiers de vous annoncer que le premier système de récupération d’eau de pluie est terminé et fonctionnel !!

Comme annoncé précédemment, nous avons avancé les fonds sans attendre que la cagnotte ne soit atteinte d’une part parce que nous croyons en ce projet, d’autre part parce qu’il nous semblait important de vous montrer concrètement comment est utilisé l’argent, entre amélioration des conditions de l’école et alimentation de la pépinière.

 Nous aurons ainsi l’occasion d’évaluer l’utilisation de ce premier système et la nécessité d’un second.

 Voici également quelques photos illustrant l’avancée de la pépinière ❤

Please follow and like us:
Le projet

Le projet

School&Trees est un projet environnemental et humanitaire dont l’objectif est de planter des centaines de milliers d’arbres en aidant une école primaire défavorisée d’Ouganda. En échange de la plantation d’arbres par l’école et la communauté, sponsorisée par vos dons, School&Trees fournit l’aide financière pour des projets d’amélioration des conditions de vies des 250 élèves !

Objectif : 10 000 arbres / mois !

Comme vous, la réduction de notre empreinte carbone et la compensation impérative de nos émissions carbone passées a pris une importance de taille dans notre vie. Le projet de pouvoir allier l’aide à l’éducation dans une école en grand manque de moyens à la plantation d’arbres, nous est apparu évident. Nous sommes persuadés que ce projet peut plaire à beaucoup d’entres vous et est une réelle opportunité gagnant/gagnant :
Compenser ses émissions de gaz à effet de serre tout en aidant une école très modeste en développant chez eux la plantation d’arbres essentielle pour leurs terres arides qui subissent le changement climatique.

C’est pas une idée séduisante ??

Pour 10 centimes de don, un arbre sera planté !
Sachant qu’un arbre permet d’absorber 10kg de CO2/an en période de croissance, pour 10€ c’est 100 arbres pour ta pomme et 1T CO2 absorbés ! En faisant cela tous les mois en 1 an vous avez un impact énorme et vous changez la vie et le futur d’enfants !
Et si vous contribuez à 1000 arbres pour 100€, c’est 10T/an absorbé, soit vos émissions annuelles passées compensées !

LA priorité est actuellement l’accès à l’eau. Tous les jours, une vingtaine d’élèves doit marcher 7km et faire la queue pour remplir des bidons pour les 800L de besoins quotidiens pour l’école (hygiène, cuisson, hydratation). Faire une pépinière nécessite aussi une quantité d’eau estimée à 300L pour les futurs 10000 arbres…
L’accès à l’eau est donc essentiel sachant également que les réserves du puits sont limitées et que toute la communauté puise dedans… La meilleure idée en terme de coût et de durabilité est de récupérer toutes les eaux de pluies car il y a de grands toits sur l’école. Et même s’il peut y avoir de nombreux jours sans pluie, quand il pleut, il pleut beaucoup !

Notre cagnotte servira donc dans un premier temps à financer un tel système : https://www.cotizup.com/aidons-l-ecole-avec-des-arbres

L’argent récupéré est reversé a plus de 90% à l’école car notre action est 100% bénévole (la perte sont les frais de change/transfert…). Il va pouvoir aider l’école à poursuivre ses objectifs éducatifs, à financer le matériel dont elle a besoin pour se développer, à améliorer les conditions de vie des enfants, et permettre à des enfants qui n’ont plus les moyens de rester scolarisé.

Alors, toi aussi tu aimerais planter des arbres à travers le monde entier?
Toi aussi tu as émis 400 tonnes de CO2 depuis que tu es né?
Tous aussi tu es en train de changer ton mode de consommation mais tu voudrais en faire plus ?
Toi aussi tu as envie de faire un monde meilleur en alliant environnement et solidarité ?

Si tu nous rejoint en participant à cette aventure, voici ce que tu risques de provoquer :
– du bonheur pour une communauté,
– du bonheur pour toi,
– du bonheur pour la planète !!

Please follow and like us:
Immersion Maasaï et découverte de Zanzibar

Immersion Maasaï et découverte de Zanzibar

Notre immersion Massaï

Nous revenons très très heureux de cette ascension qui restera un de nos moment favori !! Mais nous ne savons pas encore à quel point la suite sera inoubliable 😉 Car ce pays est plein de surprises et nous émerveille par sa beauté et ses habitants.
Le lendemain, départ vers un village Massai ! Nous tenions vraiment à nous immerger dans cette culture aux antipodes de la nôtre. Dans une agence nous avions vu un village du nom de Kitumbeine sur une carte. On a demandé si des touristes allaient la bas, on nous a dit que non, on y est allé, bref on a pas été déçu du voyage !! Il était hors de question de ne passer que quelques heures dans ces villages. On veut de l’authentique 😉 Nous avons eu l’immense plaisir de rencontrer ce peuple fier qui nous a accueilli au delà de ce que l’on imaginait. Nous prenons donc un bus depuis Arusha pour Longido qui met 2h. Dans cette ville située à quelques kilomètres du Kenya, c’est déjà plein de Massai, en tenue de ville ou avec cette fameuse toge à carreaux noirs et rouges ou noirs et bleus. Ils ont des bijoux partout, les oreilles trouées voir avec un bout coupé, une dent en moins signe de beauté (arraché avec une cuillère vers l’âge de 7 ans). Les hommes et les femmes ont le crâne rasé le plus souvent, ils ont également des marques symboliques sur les joues. Bref, un Massai ça en jette. On déjeune un bout en attendant que le matatu journalier pour Kitumbeine se remplisse.

Bien sûr chez les Massai on mange des morceaux de viandes, pas de place pour les légumes dans la savane, les trucs qui poussent c’est des chèvres, des vaches et des moutons. Le végétarisme et la conscience animale, on oublie !! En déjeunant, nous avons une chouette discussion avec deux massais de 25 ans parlant très bien anglais qui sont venus juste pour nous voir et papoter. L’un deux nous invitera dans son boma (village) et se rend disponible si nous avons le moindre soucis. On apprend nos premiers mots Massai. Dans le bus, David se retrouve à côté d’un jeune volontaire d’Arusha qui vient avec des collègues dans le village massai pour faire de la sensibilisation sur plusieurs sujets, et pour l’éducation des filles principalement. Le rôle de la femme dans les sociétés Massai est bien loin d’être égalitaire.

En arrivant, nous rencontrons Sandy, la responsable du projet. Elle nous met en contact avec Oshumu qui est un ami parlant très bien anglais, et lui explique que nous cherchons de quoi dormir plusieurs nuits dans un village traditionnel. Il nous présente alors au Consuelor Jacob (sorte de maire), un très grand monsieur aux yeux bleus perçants. Celui-ci nous accueille dans son boma. Nous y passerons 3 nuits dans la hutte de sa deuxième femme (la première est infirmière à Zanzibar) ! En arrivant dans le boma tu as un peu l’impression d’être dans un village Schtroumphs, car il y a plein de petites huttes en pailles et en terre, des enclos avec des barbelés naturels où les chèvres sont regroupées la nuit avant de sortir le matin pour aller pâturer. Ce sont souvent les enfants qui font bergers. Même s’il y en a de plus en plus, beaucoup d’enfants ne vont toujours pas à l’école. Les fratries sont très nombreuses et tous n’ont pas les moyens d’y aller, en plus ils sont d’une grande aide à la maison.

En arrivant on nous fait nous asseoir, il fait nuit et on ne voit pas grand chose. Beaucoup personnes du boma se mettent devant nous pour nous regarder, intrigués. Notre hutte est normalement la hutte de la femme de Jacob, l’intérieur est noir de suie puisque les feux sont faits dedans. Avant de dîner, on nous fait un feu dans la hutte, que nous arriverons à consumer avant de dormir car l’atmosphère est pour nous irrespirable. Ça sent un peu la bique, il y a des trous dans le toit et les murs, on avait demandé la peau de bêtes mais ils nous ont laissé un matelas en mousse fine à la place, ce n’est peut-être pas plus mal 🙂 Nous dînons avec Jacob et sa femme dans un bout de maison en dur où lui a l’habitude de dormir. Une chaise fait office de table où sont posées 3 gamelles : légumes, beans, pâte de maïs. Nous mangeons tous les 4 avec nos mains. Nous en apprenons un peu plus sur Jacob. Quand on lui demande combien il a d’enfants il ne sait pas. Il a aussi la charge de la femme et des enfants de ses deux frères morts, car ici, une femme ne peut rien faire sans homme, ni gagner de l’argent ni prendre des décisions. Autant dire que il y a des enfants partout. Les hommes ont 2-3 femmes et une dizaine d’enfants. Ils sont fiers d’en avoir autant. C’est un peu comme le nombre de chèvres, c’est signe de richesse. Le repas est délicieux et nous dormons très bien !

Entre cérémonies dansantes et conférences 

Nous avons eu la chance formidable de tomber sur des jours de cérémonies et de danses Maasaï, ce qui n’arrive pas tous les ans ! Les femmes qui sont souvent déjà bien apprêtées revêtent des colliers immenses avec lesquels elles pourront danser en jouant des épaules et en chantant. Une petite dame m’a même introduite dans le cercle des femmes (car elles étaient majoritairement entre elles) pour danser avec elles. Les hommes, des warriors, sont à côté à chanter et danser, sauter, majoritairement entre eux, aux sons de cornes de buffles. Nous avons mangé de la bonne viande cuite en brousse au milieu de nulle part (oui c’est parfois difficile d’être végétarien !), avec les hommes, à l’ombre des quelques arbres du territoire. Inoubliable. Après quelques jours là bas, on commence à sentir l’esprit Maasaï qui est en nous !!! On nous reconnaît dans la rue – oui, c’était déjà le cas avant bien sûr, mais là ils nous ont vu nous immerger auprès d’eux – on saute, on joue des épaules, on mange de la viande, on dort (assez bien) dans les huttes, on arrive tant bien que mal à retenir quelques mots Maasaï… Mais on n’arrivera jamais à leur cheville : la classe Maasaï, il y a ceux qui l’ont, et il y a les autres..!

Nous avons recroisé Sandy pour prendre le temps d’échanger avec elle. Ce petit bout de femme, qui vient d’une communauté Massaï voisine, se bat pour faire valoir le droit des femmes chez les Maasaï. Une rencontre exceptionnelle. Avec une équipe de choc de volontaires, elle a organisé plusieurs jours de workshop auprès de jeunes filles, de femmes et d’hommes des communautés Maasaï du coin. Son combat ? Que les communautés et leurs leaders acceptent et s’ouvrent aux changements traditionnels et culturels pour apporter plus d’égalité entre les hommes et les femmes, et ce dans l’intérêt de tous, tant individuel que communautaire… Vaste bataille ! Car ici, les femmes sont totalement dépendantes des hommes. Entre autres choses, elles n’ont pas d’argent et ne peuvent prendre des décisions. 

Au programme, importance de l’accès à l’éducation, égalité des droits, mise en avant de l’importance et de la valeur de chaque femme. Nous avons eu l’honneur d’être invité à intervenir deux fois afin de raconter comment cela se passe chez nous, et comment les choses ont évoluées ces dernières décennies… Et il s’en sont passées des choses, depuis l’époque de nos grands-mères nées dans l’entre-deux guerres. Une grande responsabilité qui nous a demandé un chouette travail de préparation pour ne pas tomber dans des clichés ethnocentrés et trouver les mots justes. Nous étions un peu déconcertés devant certaines questions des jeunes filles, du type : “en quoi une femme a-t-elle autant de valeur qu’un homme ?”, ou encore face à la question d’un homme : “mais comment faites-vous pour décider quand vous n’êtes pas d’accord ?”. Ce fut une expérience très instructive et émouvante pour nous. 

Le Ngorongoro National Park

Ce que l’on ne vous a pas dit, c’est qu’entre la dernière journée de cérémonie Massaï et la conférence sur le droits des femmes, nous nous sommes éclipsés de Kitumbeine 2 jours pour aller s’aventurer dans le fameux Park National de Ngorongoro ! Parce que l’on ne va pas quitter ce pays sans avoir fait au moins un safari emblématique d’ici. Et ce sera celui du cratère car nous n’avons pas le temps de faire celui de Serengeti qui demande une journée de plus ! Nous avons en effet un avion pour le Ghana prévu à Dar Es Salam dans peu de temps. Ce n’était pas une mince affaire de se rendre au Park, car nous devions rejoindre la ville de Longido (2h de voiture), prendre un bus jusqu’à Arusha, puis un autre jusqu’à Karatu qui borde le Park. Sur place nous faisons la tournée de quelques hôtels en tuk-tuk jusqu’à ce que nous en trouvions un qui ne soit pas complet, et surtout qui soit abordable ! Nous en trouvons un local très bien avec internet à 20 euros. Nous dînons à côté dans un petit resto local où nous supposons qu’il y a des guides, ou du moins des personnes bien renseignées qui puissent nous dire le meilleur plan et le moins cher pour ce Park.

Bingo ! Dans l’heure nous finissons par réserver un véhicule à 160€, le moins cher que nous ayons trouvé sachant que nous ne sommes que 2 et qu’il a une capacité de 9 personnes….. Sachant que le safari en lui-même coûte 400€, nous sommes un peu estomaqués et hésitons face à ces dépenses indécentes, mais nous déciderons par y aller. Départ tôt le lendemain avant le lever du jour ! Le temps n’est pas au beau fixe, mais ce sera quand même très chouette ! Ngorongoro, c’est un superbe et immense cratère qui abrite bon nombre d’animaux, dont un que nous n’avions encore jamais croisé : le lion !!! Nous en avons croisés deux de près qui ont longé notre véhicule 10mn après notre entrée dans le Park, et plusieurs autres de loin qui faisaient la sieste donc ils étaient peu visibles. A part eux, des autruches, des zèbres, un vieil éléphant, des zèbres, des buffles, des zèbres, des antilopes, des hippopotames, et encore des zèbres 😉  On est super contents, mais ce safari n’a pour autant pas été un coup de cœur malgré sa renommée. Peut être que l’on devient trop exigeants, qui sait.
En début d’après-midi, nous rentrons sur Karatu pour attraper un bus jusqu’à Arusha puis Longido pour y dormir. Et oui, le lendemain nous devrons être à Kitumbeine pour la fameuse conférence sur les hommes et les femmes !! En somme, beaucoup (trop) de transports, beaucoup (trop) d’argent mis dans un safari qui était certes très bien, mais pas mieux que les précédents que nous avions fait !!

Une histoire de visas à Dar Es Salam

Après toutes ces folles aventures, il nous faut penser à la suite car nous avons un avion pour le Ghana au départ de Dar Es Salam, l’ancienne capitale de la Tanzanie. Le trajet était long jusqu’à Dar. Après un premier trajet de bus, une nuit escale à Himo d’où nous espérions trouver un transport de nuit via un camion ou un bus, et le lendemain une longue journée en voiture, nous atteignons enfin notre hôtel de chill !! Nous comptons nous y reposer avant de changer de pays. La ville de Dar Es Salam n’a pas attirée plus que cela notre attention malgré sa taille, bien que quelques chouettes balades sont possibles, notamment sur les grandes plages qui l’entourent, mais aussi dans un grand marché du quartier de XXX. C’est un aspect de la Tanzanie que nous ne connaissions pas encore qui s’affiche devant nous. D’une part car la ville est très grande, d’autre part parce que plus nous allons vers l’est, plus la population change et plus le métissage dû à une histoire complexe se perçoit.

Tout allait bien jusqu’à ce que l’on se penche sur la question des visas pour le Ghana.. Car nous nous sommes aperçu un peu tard que non seulement le e-visa n’était pas encore possible, mais qu’en plus faire une demande depuis un pays étranger n’est pas faisable. En plus il n’y a pas d’ambassade du Ghana en Tanzanie. C’est embêtant, quand on sait que notre avion est prévu le surlendemain ! Alors notre idée initiale était d’arriver au Ghana, de traverser le Togo, et de terminer par le Bénin où nous devions peut-être retrouver un ami. Une fois n’est pas coutume, nous avions même déjà acheté notre billet d’avion depuis le Bénin pour Sao Paulo !! Pour ces raisons nous avons vraiment cherché différentes solutions pour partir à l’ouest, et c’était un mic-mac bien chronophage !! Les billets pour le Togo ou le Bénin étaient hors de prix, et le problème de visa s’est reposé quand nous avons envisagé de passer par Lagos, la capitale du Nigeria. Bref, après des heures de contacts mails et d’appels téléphoniques en tout genre, il nous a bien fallu abandonner l’Afrique de l’Ouest. Mais dans cet apparent malheur, beaucoup de chance et de bonheur nous attendait 😉

D’abord, nous avons pu nous faire rembourser d’une bonne partie du billet d’avion pour le Ghana. Ensuite, nous avons pu être remboursé de la totalité du billet Bénin-Brésil !! Et oui, pour notre plus grand bonheur l’avion a eu un changement d’horaire de décollage, ce qui fait que le remboursement a été possible sur cette justification !!! C’est pas beau ça ?? Après tout ça, nous en avons profité pour prolonger notre temps en Tanzanie et notamment à Zanzibar que nous avions initialement écarté du programme au profit des Massaï. Enfin, nous avons trouvé des vols moins cher que les précédents pour rejoindre le Brésil : Zanzibar-Johanesburg, escale de 3 jours à Johanesburg (pendant les émeutes malheureusement), puis Johanesburg-Luanda, et Luanda-Rio.

Un petit bonus : Zanzibar !

Voici donc notre dernière étape en Tanzanie : Unguja, l’île principale de l’archipel de Zanzibar qui fut tour à tour portugais, arabe, anglais, ou encore sous contrôle du sultanat d’Oman… Autant d’influences perceptibles encore actuellement, entre Afrique du Nord et Afrique Noire. Zanzibar, dérivé du mot zendj (“pays des noirs”) fut un haut lieu de transit commercial en tout genre entre l’Afrique orientale et l’océan indien : épices, or, riz, coton, peaux, clou de girofle, vins, spiritueux… et esclavage. La langue bantoue qui était auparavant parlée par les locaux s’est mélangée entre autre à l’arabe pour devenir le swahili (“la côte”), qui sera la langue du commerce de toute la côte Est de l’Afrique.

Deux coups de coeur sur cette île : le quartier de Stone-Town que nous avons visité deux jours, et les plages blanches du reste de l’île, car nous avons fait 3 jours de scooters pour en faire le tour. Les photos ne sont pas à la hauteur des lieux, mais ce n’est pas pour rien qu’elles font partie des plus belles du monde malgré la concurrence des plages d’Asie-du-Sud.

Stone-Town d’abord. Un vieux quartier de commerçants fait de petites rues sinueuses, de marchés, entre vie locale et histoire. Ce quartier a un charme fou. Les chapeaux des hommes, la couleurs des habits des femmes… Ces couleurs viennent des kangas, un habit traditionnel symbole de la féminité zanzibarienne même si son utilisation dépasse l’archipel. Il est très agréable de se balader au hasard des rues, et vous pouvez profiter d’un superbe coucher de soleil au son des appels à la prière des minarets sur le rooftop du XXX, la vue y est imprenable sur les toits de la ville. La plage également vaut le détour, un coucher de soleil au niveau de la Mizingani Road est tout aussi appréciable. A côté se trouve le marché nocturne qui est très vivant et qui mêle touristes et locaux. Notre hôtel aussi vaut le détour, le Malindi Guest-House ! Il est particulièrement original, situé à 5mn à pied du ferry. Une décoration unique et un rooftop au top pour les petits déjeuner. 

Le reste de l’île maintenant. Dans notre mini road trip, nous bons fait une escale déjeuner à Nungwi, tout au nord. La route est pour le moment vraiment mauvaise, en construction, ce qui fait que c’est vraiment désagréable en scooter, la moto aurait été mieux ! Mais cela s’améliore et devient très agréable sur le reste de l’île. La plage de Nungwi est très belle, et le village à côté très sympa pour se balader. On trouve un petit resto sans prétention mais très bien. Beaucoup de touristes siestent sur leurs transats en bord de mer. Généralement ils viennent là pour finir leur vacances tanzaniennes après de bons safaris ou après l’ascension du Kilimanjaro. Nous reprenons à route jusqu’à Kiwengwa où nous trouvons un super hôtel pas très cher comparé aux ressorts du coin, et avec un super cadre. La plage est très belle aussi par là, peut être plus grande que celle du nord. La marée basse est particulièrement jolie ici ! Le sable est lumineux, c’est vraiment chouette. Sur l’ensemble de la côte est de l’île, la culture des algues est très présente. C’est une activité féminine éprouvante, la pêche étant une affaire d’hommes. Quand la marée est basse, elle ramasse les algues (lourdes !) qui sont cultivées et ensuite mises à sécher au soleil. Avant d’être utilisées en produits destinés à la cuisine, dans la fabrication de savons naturels à usage esthétique ou domestique, ou de produits pharmaceutiques. Quelques massaïs s’y promènent aussi pour vendre leurs productions ou leurs services, mais comme dirait l’un d’eux, ici les touristes ne font que dormir ! Ce n’est pas l’idéal pour leur type de business. Nous rencontrons ici Deva, une expat rock n’roll qui nous raconte un peu les revers de ces beaux décors.

Le reste de l’île maintenant. Dans notre mini road trip, nous bons fait une escale déjeuner à Nungwi, tout au nord. La route est pour le moment vraiment mauvaise, en construction, ce qui fait que c’est vraiment désagréable en scooter, la moto aurait été mieux ! Mais cela s’améliore et devient très agréable sur le reste de l’île. La plage de Nungwi est très belle, et le village à côté très sympa pour se balader. On trouve un petit resto sans prétention mais très bien. Beaucoup de touristes siestent sur leurs transats en bord de mer. Généralement ils viennent là pour finir leur vacances tanzaniennes après de bons safaris ou après l’ascension du Kilimanjaro. Nous reprenons à route jusqu’à Kiwengwa où nous trouvons un super hôtel pas très cher comparé aux ressorts du coin, et avec un super cadre. La plage est très belle aussi par là, peut être plus grande que celle du nord. La marée basse est particulièrement jolie ici ! Le sable est lumineux, c’est vraiment chouette. Sur l’ensemble de la côte est de l’île, la culture des algues est très présente. C’est une activité féminine éprouvante, la pêche étant une affaire d’hommes. Quand la marée est basse, elle ramasse les algues (lourdes !) qui sont cultivées et ensuite mises à sécher au soleil. Avant d’être utilisées en produits destinés à la cuisine, dans la fabrication de savons naturels à usage esthétique ou domestique, ou de produits pharmaceutiques. Quelques massaïs s’y promènent aussi pour vendre leurs productions ou leurs services, mais comme dirait l’un d’eux, ici les touristes ne font que dormir ! Ce n’est pas l’idéal pour leur type de business. Nous rencontrons ici Deva, une expat rock n’roll qui nous raconte un peu les revers de ces beaux décors.

Le lendemain nous prenons la route après le déjeuner en direction de Paje où nous avons repéré une petite guest-house pas chère et mignonne comme tout, à deux pas de la mer. En route, nous traversons un village d’où nous entendons beaucoup de musiques festives, avec du monde dans les rues, obligés de s’arrêter !! En réalité, une cérémonie de mariage se prépare : tandis que les hommes font de la musique endiablée, les femmes toutes plus magnifiques les unes que les autres se déhanchent dessus dans un festival de couleurs. Il ne nous suffira que d’un seul geste d’invitation de l’une d’elles pour abandonner notre véhicule et les rejoindre dans leur joie communicative. Le genre de moment que l’on adoore en voyage.
Arrivés à Paje, nous découvrons une plage encore plus belle que les autres, encore plus lumineuse ! C’est juste wahou de s’y promener à marée basse ! (je crois que nous n’avons pas vue de marée haute ici !). Le village est plus chouette que les autres aussi, un peu plus vivant pour nous, il y a plus de choix.

Enfin retour à Stone-Town, en une demie journée, pour une dernière nuit avant de prendre notre avion pour l’Afrique du Sud, avec une escale de 3j à Johannesburg !! ça promet !!

Une escale à Johannesburg

A Johannesburg nous avons choisi un petit studio bnb dans un quartier qui est assez central et qui a de bons retours d’un point de vue touristique. C’est un immeuble assez sécurisé, qui se trouve à côté d’une rue où de nombreuses personnes sont à la rue. Nous sentons tout de suite la grande violence sociale qu’il peut y avoir ici. Juste à côté de notre immeuble se trouve une autre rue très touristique, ou du moins très fréquentée, dans laquelle nous allons le soir même pour dîner. Super soirée dans un restau avec musique live, super ambiance des sud-africains qui sont très réactifs aux chansons connues qui sont jouées (comme “pata pata” de Myriam Makeba), vraiment top ! Et pourtant c’est dimanche ! Au mur sont affichés les portraits jeunes de deux des plus en emblématiques personnalités sud-africaines : la grande Myriam Makeba et le mythique Nelson Mandela.

Le lendemain pour le petit déjeuner on se balade dans le quartier pour trouver notre bonheur mais les rues sont étrangement désertes, à l’opposé total de la soirée de la veille. On ne comprend pas bien, beaucoup de négoces sont fermés. Certains commerçants sont présents mais ferment à clé leur boutique dès que quelqu’un entre ou sort, sur le qui-vive. L’un d’eux nous informe que durant la nuit une émeute à commencée, et durerait encore la journée. Une émeute violente qui vise principalement les travailleurs étrangers, accusés de voler du travail aux sud-africains. Du coup tout le monde a peur, et il est conseillé de ne pas sortir car l’émeute a commencé dans le quartier voisin, ils risquent de venir jusqu’ici. Sur le chemin de notre studio on s’arrête à une auberge de jeunesse qui propose des visites de la ville, ce que l’on espère faire le lendemain. Plusieurs personnes se sont abritées là, avec la peur de ce qu’il se passe dehors. L’ambiance est vraiment tendue, et l’excursion du lendemain est annulée en raison des événements.

Nous passerons le reste de la journée et soirée cloîtrés dans notre studio, à chercher des infos sur ce qu’il se passe et à se renseigner plus sur ce pays. De temps en temps nous entendons et voyons des émeutiers qui traversent la rue tous avec des bâtons à la main. Plusieurs morts seront recensés, et des centaines de boutiques détruites. Principalement des personnes du Nigeria, du Mozambique, et du Zimbabwe. Le lendemain les choses sont un peu plus calmes, mais nous ne sortirons que l’après midi avec un uber pour se rendre au Musée de l’apartheid. Super musée très instructif !! Par contre une après-midi ne suffit pas pour en faire le tour, car il y a pas mal de lecture pour les plus pointilleux, et beaucoup de documentation. Pour rentrer, un uber a quand même refusé de nous amener à destination car ce n’était pas assez sécurisé pour lui…

Cette escale aura donc eu un goût particulier, qui nous a beaucoup appris sur ce pays, son histoire, et la violence sociale très présente où la minorité blanche reste privilégiée, les quartiers ne sont souvent pas mixtes, etc. Des décennies d’apartheid, des siècles de discriminations et de répressions ne s’effacent pas facilement et ont des conséquences encore très fortes actuellement sur la population noire.

Enfin, dernière étape avant de débarquer au Brrrrazillllll, notre avion fait une escale d’une nuit à Luanda, la capitale de l’Angola ! David a une amie qui travaille là et nous espérions dormir chez elle. Mais il n’y a pas de visa de transit, et nous avons bien tenté quelques négociations mais cela n’a pas été faisable… Alors voilà, nous avons dormi dans cet aéroport, sans pouvoir rien manger ni boire (d’eau) car ils ne prennent que du cash !!! Les seuls achats possibles par carte étaient au duty free, où il n’y a pas d’eau, et où la bière est chaude…! Autant dire que quand on prendra l’avion pour Rio de Janeiro, on sollicitera à mort les stewarts pour avoir de l’eau et manger vite !!

Please follow and like us:
Tanzania ! De Mahale jusqu’au sommet du Mont Meru

Tanzania ! De Mahale jusqu’au sommet du Mont Meru

Après 3 semaines à découvrir une partie de l’incroyable Rwanda, nous voici en train de traverser la frontière terrestre au sud du pays pour arriver en Tanzanie.
Un pays plein de surprises qui nous a émerveillé par sa beauté et ses habitants. Nous avions décidé de nous incruster dans un village Maasaï, nous n’imaginions pas y rester 5 jours ! Nous avons eu l’immense plaisir de rencontrer ce peuple fier qui nous a accueilli au delà de ce que l’on imaginait. Des moments inoubliables à dormir dans une hutte, à essayer d’apprendre des bases de la langue, à assister à des cérémonies qui n’arrivent que tous les 4 ans, à rencontrer des personnes inspirantes et touchantes… Nous ne ferons comme activités principales “que” le parc de Mahale, l’ascension du mont Merou, le parc Ngorongoro et quelques jours bonus à Zanzibar. Le transport a occupé environ 9j sur un mois… mais se déplacer c’est aussi voyager, n’est-ce pas ?? 

Le passage de la frontière terrestre est épique et pas du tout sexy, il y a plus de transferts de marchandises à ce niveau que de personnes ! Tout se passe sans accro après avoir payé notre visa à 50$. Nous prenons une voiture collégiale (9 pour 5 ;-)) pour un petit village proche frontière afin de se reposer et repartir le lendemain. Nous trouvons une petite chambre à 10 euros, et dédions un temps fou pour acheter une carte sim qui s’avérera inefficace. En nous baladant, nous pouvons déjà sentir l’atmosphère différente, difficile d’expliquer mais c’est un autre pays que tu sens. Très sec et très poussiéreux, ce qui contraste avec les terres vertes cultivées du Rwanda voisin. Ici pas de route en bitume, la plupart des plantes bordant la route sont totalement recouvertes de la terre rouge qui vole au passage des voitures. En se renseignant sur la Tanzanie, nous avons été surpris par le niveau de pauvreté du pays. Malgré les grosses rentrées touristiques le développement peine. 

Kigoma, à l’extrême ouest du pays

Plutôt que de remonter vers le lac Victoria que nous avons déjà approché en Ouganda, nous décidons plutôt de descendre à Kigoma, à l’extrême ouest du pays, où se trouvent deux parc reconnus pour les chimpanzés et leurs écosystèmes préservés. Nous prendrons donc la route le lendemain en bus ce qui fut un lonnnng trajet !! Les routes étant en construction, nous prenons un sacré bain de poussière et décidons finalement de nous arrêter dans une ville intermédiaire pour souffler un peu et se dépoussiérer ! Nous avons pris comme habitude un transport local où l’inconfort est à son paroxysme mais nous fait côtoyer la vie locale ;-). Un boda-boda nous propose un hôtel très bien quoiqu’un peu excentré. Le bus du lendemain étant en milieu d’après-midi, cela nous laisse le temps de se remotiver péniblement à faire un petit footing pour découvrir les environs…

Nous arriverons donc le lendemain à Kigoma, une ville qui se situe au bord du lac Tanganyika – le deuxième plus grand lac d’Afrique après le lac Victoria – qui est juste grand comme la Belgique !! Nous trouvons un très beau petit hôtel local sur une colline avec la nuit à 50000 shilling (20€). Il n’y a pas grand chose à faire à Kigoma si ce n’est aller dans les parcs de Mahale ou de Gombé (le plus connu) et prendre le train qui traverse le pays pour aller à Dar es es salam en 3 ou 4 jours.
Nous prendrons une journée pour se balader et préparer notre périple. La ville est très musulmane et les femmes voilées le sont souvent avec de belles couleurs vives et chatoyantes. Les gens sont très accueillants et souriants. Si le niveau d’anglais n’est pas là, nous nous essayons donc au Swahili ;-)! Jambo, Mambo, Habari, Salama !

Le Parc National de Mahale

Le Parc National de Gombe est mondialement connu grâce aux travaux de Jane Goodall sur une colonie de chimpanzés et reste encore aujourd’gui un centre de recherche important. Jane Goodall fut notamment la première à observer que les chimpanzés sont omnivores, qu’ils peuvent mener des guerres entre eux, et surtout qu’ils utilisent des outils pour s’alimenter ! De quoi révolutionner la conception de l’animal puisqu’à l’époque nous pensions que seuls les humains en étaient capables. Mais nous préférons aller au Parc National des monts Mahale qui est moins connu car beaucoup plus isolé, et qui abrite la plus grande colonie de chimpanzés du pays. Mais les 7h de transport en Matatu aller puis retours pour seulement 24h dans le Parc ne nous décourage pas ! Au contraire, l’accessibilité nous attire car cela peut être un signe de plus d’authenticité. Il se situe entre le forêt tropicale des monts Mahale (qui culminent à 2462M) et les eaux claires du lac Tanganyika dont les plages sont de sable blanc – deuxième lac africain par la surface après le lac Victoria, le deuxième au monde par la profondeur après le lac Baïkal

En voulant nous renseigner sur les horaires et lieu de départ du bus – ce qui a impliqué l’aide de pas mal de personnes qui se décarcassent pour pouvoir te répondre mais sans savoir – nous avons eu la chance de rencontrer le contrôleur de gestion du Parc qui nous a organisé le trajet gratuit et en 4×4 avec le responsable eau du Parc qui partait en même temps que nous… Nous n’avons pas regretté vu l’état de la route, 7h minimum en matatu auraient été horribles ! Nous arrivons tard, vers 18h à la porte du Park. Ce qui fait que le système de paiement était éteint, donc on a convenu de payer au moment de partir. Le Park n’est ensuite accessible que par une barque à moteur que nous prenons sous les rayons de la pleine lune. C’est une arrivée épique qui nous plaît beaucoup ! Le camp nous rappelle celui de Bornéo car il est perdu dans la jungle, sommaire mais confortable, avec une salle commune où nous pouvons cuisiner – car pas de resto ici! Il fait avoir fait ses courses avant. Nous sommes en pleine saison, mais il n’y a que nous, et ils n’ont pas eu de client depuis plusieurs jours, voir semaines… La plupart des gens qui viennent le font par avion privé et dorment dans des logements privés à quelques kilomètres de là où nous sommes – aux prix irréels…

Au petit matin, David se lève faire son petit stretching sur cette plage sortie tout droit de Jurrassic Park ou de King Kong. L’eau est d’une grande clarté, irréelle, dans le lac la visibilité est à 50m ! Mahale, ce sont des montagnes de forêts primaires. Il faut rester vigilant car des crocodiles géants habiteraient non loin, des hippopotames également ! Des serpents venimeux, ou très gros… et les rangers dorment encore… 😀 

Nous décollons vers 8h pour le Chimp Tracking avec notre guide. Au bout d’une bonne heure et après avoir suivi les cris que nous entendions au loin, nous trouvons la famille de chimpanzés. Nous passerons un moment bien plus chouette qu’à Kibale (Ouganda) car on est entouré par une famille de 13 chimpanzés où nous avons plusieurs moments d’observations. Ils passent plusieurs fois près de nous, nous les voyons jouer, se disputer, communiquer… c’est très vivant, et parfois impressionnant ! Car quand un grand chimpanzé mâle arrive vers toi en te regardant, tu détournes les yeux. Pas seulement parce qu’on te l’as fortement conseillé si tu veux éviter d’être fracassé car ce serait une provocation, mais parce que c’est impressionnant de tenir le regard d’un mâle imposant qui est chez lui. Nous pouvons ressentir toute la communication dont il sont capable à travers leurs yeux, leurs gestes… C’est fou comme la question du regard peut être inter-espèce, parce que l’on transmet tellement de choses avec. Ce fut un grand moment !!! Nous finirons ensuite notre journée par 4h de trekking afin d’avoir un magnifique panorama sur le lac et la forêt.

Nous serions bien restés plus longtemps, mais le budget est trop élevé ! On ne vous l’a pas dit ? Le prix du logement va encore, mais il faut payer le prix du Park pour chaque 24h, et la ça pique.
Bref, c’était une aventure à vivre malgré le temps que cela a pris et le budget alloué ! Et l’aventure ne s’arrête pas là…

Après le trek en forêt, nous devions dormir dans un petit village situé à 2h de là en boda, car il y a là bas le départ d’un bus pour Kigoma qui nous prendra la journée. Et nous devons impérativement être là bas le surlendemain car oui, pour une fois, on a réservé nos places dans un train. Cependant au moment de partir, il nous faut payer et le système de paiement déconne. Après une bonne heure d’attente, nous allons en bateau au petit aéroport où se trouve un autre terminal. Puis après une autre heure d’attente, ils nous disent que l’on doit rester pour la nuit au camp de rangers, car vraiment ça ne marche pas ! Ils nous offrirons bien entendu le gîte et le couvert. Et ils ne sont d’ailleurs pas si mal lotis que ça les rangers ;-)!
Le matin suivant, après encore un certain temps d’attente, nous parvenons enfin à payer. Et pour le désagrément, étant donné que nous n’avons pas pu aller prendre le bus voulu, nous avons négocié le retour en 4×4, du moins pour les 2/3 du trajet car nous avons fini en bus ;-). En tout cas nous recommandons fortement ce parc qui est un bijou de préservation vraiment authentique et intime même si ça fait un budget !

Le train

Avez-vous déjà pris le train en Afrique ? Une expérience à part entière qui peut stimuler ta pensée philosophique sur la maléabilité du temps 🙂 Parfois très long quand l’attente se fait pesante, parfois très court quand les rencontres s’y insèrent. C’est un voyage en soi qui t’oblige à lâcher prise sur les choses auxquelles tu ne peux rien, et cela favorise les rencontres. Nous devrions tous essayer 😉 Nous devions prendre le train à Kigoma pour aller à Tabora, avec un départ prévu à 8h du matin. Et il faut être présent 2h avant… La petite gare est déjà pleine à craquer, avec tout pleins de voyageurs et de familles assis partout.

Nous serons en avance d’1h. Mais il partira finalement… à minuit ! Non non vous ne rêvez pas 😉 Il aurait déraillé deux fois en venant mais ça arrive apparemment de temps en temps donc pas d’inquiétude… Le genre de moments dont on se souvient et qui devienne tes meilleurs ! Car c’est là, quand tu es assis par terre dans un hall de gare avec des centaines de personnes, que tu peux rentrer en contact avec les gens. Même si le contact peut être limité par la langue (quoique, merci google translate), il n’en reste pas moins chaleureux. Il y a beaucoup de familles, d’enfants qui attendent patiemment et s’organisent en conséquence. Au bout de quelques heures, on apprend qu’il devrait arriver vers 14h. Nous décidons alors de bouger pour attendre pas loin autour d’une bière face à la mer, pardon… le lac Tanganyika. Nous avons trouvé un hôtel avec plage, hyper agréable, où il est possible de chiller et de se baigner. Et en plus ses prix sont accessibles !

Après les 6 premières heures d’attente et la confirmation d’un autre décalage du départ cette fois-ci à 20h, nous retournons chiller sur notre petit bout de paradis. Il fait beau, et la baignade est possible 😉 Nous conseillons vraiment cet endroit, le xx xx. On a une connexion internet, on peut même se regarder un petit film. De retour à la gare à 20h, le train est toujours absent, mais il est proche nous dit-on. Nous changeons nos billets en train couchette car ce trajet qui normalement dure 8h, se transforme petit à petit en trajet de nuit… Grand bien nous a pris ! Nous sommes partis à minuit ! Et nous avons dormi correctement même si nous avons été réveillé à 8h par un petit jeune avec qui nous avions discuté et qui souhaite nous emmener au wagon bar pour le petit déjeuner. Seuls blancs dans le train, comme on aime, nous mangeons à côté d’une bande de tanzaniens qui sont déjà à la bière 😉

Nous arriverons finalement à destination à midi. L’ambiance dans le train est très locale, les paysages très secs et désertiques, mais les arrêts en campagne sont riches en couleurs grâce aux gens. En somme c’est une sacré expérience, mais vu la fiabilité, alors que nous comptions reprendre le train jusqu’à Dodoma la capitale, nous préférerons prendre le bus, bien plus rapide… Aucun Munzungu croisé alors que nous sommes en pleine saison, et c’est tant mieux ! Ce sera la même dans tout le voyage en Tanzanie où nous n’aurons jamais de mal à trouver un hôtel ni l’activité que l’on voudra… Il y a bien deux manières de voyager, une s’appelle le voyage, et une s’appelle le tourisme avec agence et qui coûte 3 fois plus cher pour les mêmes activités. Nous essayons de voyager un maximum.

Tabora et la capitale Dodoma

A Tabora il n’y a rien de particulier, nous nous promenons dans la ville et les marchés. David se fait tailler un short short africain et nous finirons la journée dans un pub local très sympa avec un super concert et la rencontre de Hilary, un business man dans les mines avec qui nous échangerons quelques mousses. Au départ partis à Tabora pour 2-3j, nous n’en ferons qu’un ! Ce sera quand même l’occasion pour David de se faire faire un short express afin de parfaire son look de backpacker stylé à l’africaine 🙂
Nous prenons un bus le lendemain pour Dodoma qui est la capitale administrative de la Tanzanie alors que Dar es Salam serait plutôt la capitale économique. Nous rencontrons dans le bus Eric qui est mannequin à Dar Es Salam. Il nous sortira dans les deux meilleurs bars de la ville de Dodoma ! Cela a été nos meilleurs moments car la ville de Dodoma ne regorge pas d’activités non plus… Le premier bar s’appelle le Rainbow : lumière tamisée, ambiance de pub, des écrans plats partout avec les clips et la musique à fond. Il y a beaucoup de monde. La musique est super, 100% africaine, avec beaucoup de morceaux et de clips tanzaniens d’excellentes qualités. Le son est fort, on remue un peu notre boule. Nous ne rentrerons pas tard mais le lendemain sera difficile pour David qui n’a bu que 3 pintes pourtant… Le lendemain, petite balade dans Dodoma et puis sieste avant de repartir pour le Pinadata XX. Encore un endroit branché mais sans être guindé. Eric est accompagné d’une amie à lui qui est ingénieur en génie civil et a fait ses études en Chine. Nous goûtons du vin rouge tanzanien qui est correct sans plus. La musique est moins forte ce qui nous permet d’échanger et de passer une soirée très chouette. Cette fois-ci boire un litre d’eau avant de dormir sera salvateur 😉

Arusha et l’ascension du mont Meru

Nous partirons le lendemain pour la célèbre ville d’Arusha dont nous avons entendu parler au Rwanda car il s’agit de la ville où les accords de paix entre le FPR et le gouvernement Rwandais avaient été signés mais sans être respectés, juste avant le génocide qui tua un million de personnes. C’est aussi là-bas qu’ont eu lieu les procès pour crime contre l’humanité des principaux responsables.
La gare de bus d’Arusha est bien typique de l’Afrique : bondée, des matatus et des bus dans tous les sens, des rabatteurs partout. Nous trouvons un hôtel local pas cher sur booking et passerons deux nuits là-bas. Nous passons la journée à nous balader et décidons de partir pour faire l’ascension du mont Meru, n volcan qui s’élève quand même à 4565m d’altitude ! C’est un peu le petit frère du Kilimanjaro ici. Nous serons au sommet pour l’anniversaire de David ! Pour faire cela, nous passons par l’agence Angose, dans le centre, qui nous fera payer 450$/pers qui est un bon prix âprement négocié, tout inclu : matériel (car nous n’avons rien, no chaussure, manteau, pantalon chaud, bonnet, sac de couchage…), nourriture, guide, 2 porteurs dont un cuisinier, et nous économisons un porteur supplémentaire en choisissant de porter nous même notre sac de vêtements/sac de couchage. Nous partons le lendemain même et rejoignons un groupe de Muzungus d’une dizaine de personnes qui ont aussi leurs guides.

Pour en faire l’ascension, 3 jours minimum sont nécessaires, avec 2 nuits en refuge à 2500m et 3600m d’altitude. Les deux premiers jours ne présentent pas de grosses difficultés, et les paysages donnent l’impression d’être dans un conte de fée : d’abord une clairière avec des animaux sauvages (nous apercevons de temps en temps des biches, des singes, des buffles..), puis une forêt dense et brumeuse avec une végétation toute particulière sur les arbres. Ils sont couverts de filaments de mousses, ce qui rend le paysage plutôt atypique. En arrivant au second camp cela devient plus sec, avec de petits arbres secs et une sorte de garrigue. Une fois arrivés au camp en début d’après-midi, et après une petite sieste, nous faisons un aller-retour au sommet du Little Meru, à 1h/1h30 du camp. Mais c’est sans compter que l’ascension du sommet du Meru se fait de nuit quelques heures plus tard !! Avec un départ après minuit pour arriver au sommet au mieux pour le lever du soleil, au pire dans la matinée. Puis la redescente totale s’enchaîne ce troisième jour, avec donc peu de sommeil à notre actif (à peine 4h nous concernant…) !

On aime les challenges, avec notre guide nous sommes les derniers à partir après 1h du matin. On carbure assez bien et 4h30 après, nous sommes les premiers arrivés là haut, 40mn avant le 2ème, et avant le lever du soleil !!! Pas peu fiers tonton David et tata Capucine, qui se sont bien caillés en haut, et qui sont arrivés à bout de force !!! (enfin, surtout Capucine qui était au bout de sa vie sur les derniers mètres, car David en avait encore sous le pied !). C’était difficile ! Mais qu’est ce que c’est beau là haut ! Nos deux guides sont encore frais comme des gardons, ils semblaient faire une balade du dimanche ! Nous avons eu droit au lever de soleil sur le Kilimandjaro et avec des panoramas d’un autre temps. Il n’y a pas de neige, c’est vertigineux. Après 1h de contemplation, on commence la descente car nous voudrions nous reposer un peu au refuge avant d’entamer la descente entière du Mont. Là, sous le soleil levant nous découvrons le paysage lunaire et rocailleux que nous avons traversé la nuit même… Ça aurait été dommage de rater ça, malheureusement nous n’avons plus de batterie de téléphone ni d’appareil photo pour vous montrer ! Nous avons aussi rencontré de chouettes personnes pendant ces 3 jours, entre expats, étudiants, touristes et voyageurs solos.

Please follow and like us:
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial